Gallery Software For Website by WOWSlider.com v2.6
EN BREF Nouveau : le cours du coton sur le marché de NY en temps réels sur notre site ( en cents/livre) ! | SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK https://web.facebook.com/cotonivoirien/ | ::: La dernière parution de notre bulletin d'information (N° 48) est disponible en téléchargement gratuit dans l'onglet |
Bienvenue chez nous
Le Coton fait partie des principales spéculations agricoles ivoiriennes tout comme le café, le cacao, le palmier à huile, l’hévéa, etc . Il est essentiellement cultivé dans le Centre et le Nord du pays. La filière cotonnière ivoirienne organisée en une Interprofession dénommée INTERCOTON, reste l’une  des filières les plus dynamiques du secteur agricole ivoirien.

Après une période de turbulence marquée par une chute drastique de la production imputable à plusieurs facteurs (crise sociopolitique,  insuffisances dans la politique de libéralisation, baisse des cours, etc.), la filière a amorcé sa relance avec une progression depuis ces trois (3) dernières campagnes de la production de coton graine (voir statistiques). Cela  a été possible grâce à une synergie d’actions entre l’Etat, les acteurs de la filière et les Partenaires Techniques et Financiers (PTF).>
SORO Yacouba, Président


NB : le prix du coton sur le marché de New York en temps réel affiché ci-dessus est en cents/livre. Pour le convertir en FCFA /kg, faire : Cours affiché x valeur USD x 0.022024 Pour avoir plus de détails sur les variations, historique,... Cliquez sur ce lien.
VIDEO A LA UNE

Zoom sur la filiere coton : bilan satisfaisant du PSAC, de la 1ere campagne du zonage

VIE DE NOTRE FILIÈRE

CONFORMEMENT A LA REFORME, INTERCOTON PASSE A LA MUTUALISATION DE LA MULTIPLICATION DES SEMENCES COTON AVEC TROIS SOCIETES

Un atelier tenu les 24 et 25 avril 2018 dans le cadre du Projet d’Appui au Secteur Agricole en Côte d’Ivoire (PSAC) a permis à INTERCOTON, aux décideurs des sociétés cotonnières, des producteurs et la recherche de s’accorder sur les grandes orientations de la mutualisation des semences coton à partir de la G3 cédée par la recherche.

Ainsi, sur la base des conclusions de l’étude et des missions, les régions de la Bagoué, du Poro et du Tchologo ainsi que trois (3) sociétés cotonnières (IVOIRE COTON, SECO-SA et COIC-SA) qui ont les capacités techniques dans ces zones ont été choisies pour la multiplication des semences de qualité et en quantité suffisante pour toute la filière. En effet, la semence reste un facteur majeur dans la production du coton c’est pourquoi une attention particulière lui est accordée. La bonne productivité au champs, à l’égrenage, les qualités technologiques et commerciales de la fibre ( longueur, micronaire,...) dépendent en grande partie des qualités de la variété de semence. Ce qui fait de cette dernière un intrant stratégique pour la relance de la filière coton.

Par ailleurs, le CNRA doit en matière de recherche variétale miser à la fois sur le rendement au champ et sur les caractéristiques technologiques de la fibre afin de satisfaire toutes les parties ( égreneurs et producteurs ).

» Lire la suite

Un atelier a planché sur la stratégie de développement de la filière

Du 1er au 03 février 2018, s’est tenu au siège de la CIDT à Bouaké, l’atelier de restitution du plan stratégique de développement de INTERCOTON assorti d’engagements institutionnels. Il a été organisé par INTERCOTON dans le cadre des activités du volet coton du PSAC notamment dans sa sous composante Développement institutionnel.

Ont pris part à cet atelier, une quarantaine de participants composés de représentants du Secrétariat Technique du C2D de la Primature, du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural, du Conseil du Coton et de l’Anacarde, l’Unité de Coordination du PSAC, du FIRCA, de INTERCOTON et ses collèges (Producteurs de coton, Sociétés Cotonnières et 2ème et 3ème Transformateurs), du CNRA, des Consultants du cabinet Finances Développement (FINDEV).
» Lire la suite

INTERPROFESSION : le Cameroun à l'école ivoirienne

Les 29 et 30 janvier 2017, une délégation camerounaise forte de sept personnes composée de représentants du ministère camerounais de l’Agriculture et du développement rural, de la Société cotonnière du Cameroun (SODECOTON) et de la Confédération nationale des producteurs de coton du Cameroun (CNPC- Cameroun) est venue s’inspirer de l’expérience ivoirienne en vue de mettre en place d’une interprofession pour sa filière coton, conformément à l’Acte uniforme OHADA, à l’image de INTERCOTON.

A cet effet, ladite délégation a eu respectivement des séances de travail avec les structures concernées par son centre d’intérêt. Au Conseil du coton et de l’Anacarde a été reçue par le Directeur Général Dr COULIBALY Adama. Il a, avec ses collaborateurs expliqué aux camerounais es missions de régulateur de sa structure.
A INTERCOTON où les camerounais ont passé plusieurs heures d’échanges, le Président du Conseil d’Administration, M. SORO Yacouba et le Secrétaire Exécutif, SILUE Siontiamma Jean-Baptiste se sont fait fort de les entretenir largement sur la genèse, l’organisation, le fonctionnement et le mode de financement de l’interprofession, en passant par ses activités, .... Ils ont répondu sans détour à toutes les préoccupations exprimées par la délégation camerounaise qui aussi échangé avec des collèges de INTERCOTON notamment avec la Fédération des Producteurs de Coton de Côte d’ivoire et l’Association professionnelles des Sociétés cotonnières de Côte d’Ivoire, facilitatrice de ce voyage d’échanges. La délégation qui comptait en son sein la Directrice des organisation professionnelles agricole a aussi eu un entretien avec Mme AZO Mireille, Directrice des organisations professionnelles du ministère de l’Agriculture et du développement durable.

Pour sa part, le Président de INTERCOTON, partisan de la coopération sud-sud a exprimé toute la joie de sa structure de partager son expérience avec des homologues africains. Il a d’ailleurs dit son intention de se rendre au Cameroun pour s’inspirer à son tour de son savoir-faire de ce pays en matière de semences coton.

A l’issue de la visite, M. ABAKACHI Guiémé, Chef de la délégation a exprimé son entière satisfaction avant de remercier le Président de INTERCOTON, toutes les structures et personnes rencontrées durant ce voyage fort enrichissant. Le Cameroun a produit la campagne dernière 260 000 tonnes de coton graine.

» Lire la suite

Le PCA de INTERCOTON aux producteurs et égreneurs : ne mettez pas le zonage en danger !

Profitant de la cérémonie de présentation de vœux du personnel de INTERCOTON à sa hiérarchie, le 04 janvier 2018, M. SORO Yacouba, le PCA a sensibilisé producteurs et égreneurs sur des comportements qu’il estime dangereux pour l’avenir du zonage en vigueur dans la filière coton depuis cette campagne 2017-2018.

Aux producteurs, il leur a demandé de préserver la qualité du coton graine en s’abstenant de le mouiller ou d’y ajouter délibérément des cailloux dans le but d’accroître le poids. L’usine d’égrenage de SECO à Ferké ayant connue une panne due à du coton graine contenant des cailloux et autres corps étrangers.

S’adressant aux égreneurs, il a plaidé pour qu’ils ne démotivent pas les producteurs en classant un taux élevé de leur coton graine en deuxième choix comme c’est le cas présentement sur le terrain. De nombreuses plaintes de producteurs lui sont parvenues à cet effet.
Pour rappel, le zonage qui est un pan important de la réforme de la filière cotonnière ivoirienne, a consisté à l’attribution d’une zone exclusive d’activités à chacune des six sociétés cotonnières qui opèrent dans la filière.

» Lire la suite

Campagne de commercialisation 2017-2018 : les acteurs s'accordent sur les dispositions pratiques

En vue de garantir une campagne de cotonnière 2017 - 2018 apaisée et fructueuse pour tous les acteurs de la filière, ces derniers se sont retrouvés au siège de leur interprofession, INTERCOTON où ils ont tenu mercredi après midi la réunion technique de commercialisation.

Ils se sont accordés sur les dispositions pratiques et le code de bonne conduite. A cet effet, les égreneurs doivent prendre les dispositions idoines pour le ramassage et le paiement du coton graine aux producteurs dans un délai de dix (10) jours après l’arrêt de la décade, affréter des camions en bon état couverts de bâches étanches de bonne qualité. Pour leur part, les producteurs doivent préserver la qualité du coton en le couvrant et vendre la totalité de leur production à leur structure d’encadrement.

En cette première campagne de commercialisation sous l’ère du zonage, les acteurs ont exhorté le Conseil du Coton et de l’Anacarde à régler avec diligence les quelques difficultés qui subsistent notamment celles relatives à l’occupation des localités frontalières entre zones exclusives, ce avant les prochains semis. Ils ont en outre souhaité l’annonce du prix d’achat du coton graine et de cession des intrants avant les semis.

Enfin, relativement aux impayés qui ne subsistent dans aucun autre pays de la sous-région, le Président de INTERCOTON SORO Yacouba a plaidé leur éradication car néfastes aussi bien pour les producteurs que pour les égreneurs avant de souhaité une bonne campagne à tous. La filière s’attend à une production d’au moins 340 000 tonnes de coton graine contre 328 000 la campagne dernière.

» Lire la suite
RESSOURCES A TELECHARGER
Newsletter Diverses ressources
Flash Stas N°05 camp 17-18 au 31 janv 2018

Télécharger
Flash Stas N°04 camp 17-18

Télécharger
DERNIERS TWEETS
les tweets